Accéder au contenu principal

Le living lab du Chu Ste Justine ou le soin 2.0

Je vous avais déjà parlé des fab lab et bien lors de cette rencontre j'ai découvert les living lab. Tout au long de cette conférence, les orateurs ont insisté sur les nombreux allers-retours nécessaires pour développer un produit et bien les living lab sont une réponse potentielle à ces nombreux allers-retours.

En effet, ce sont des lieux d'experimentation, des lieux où des personnes vivent et testent de nouveaux objets, de nouvelles thérapies, de nouvelles conditions de vie ...

Le living lab présenté par Patrick Dubé m' semblé être un lieu tout à fait fascinant. Il faut savoir que le CHU de Ste Justine au Canada est le plus grand hôpital "mère enfant" d'Amérique du Nord. 

Il y a quelques années, s'est ouvert dans cet hopital, une structure living lab avec la collaboration d'un centre de recherche sur les arts numériques.



L'objectif était et est toujours de repenser complètement l'expérience hospitalière avec les "natifs du numérique" (cette nouvelle génération qui est née avec ces nouveaux outils).

Dans cet espace vivent des enfants atteints de diverses maladies. Et l'idée un peu folle que j'ai retenu de ce lieu était de proposer de nouvelles expériences grâce aux outils technologiques avec pour but de ré-humaniser les soins par un équilibre des sphères sociale, physique et mentale.



Par exemple, des enfants atteints de maladies mentales manipulent ces outils qui leur permettent de s'exprimer via un avatar qu'il ont créé eux mêmes et avec qui le psychiatre arrive à communiquer. 



Ou encore "toonloop", un lieu où les enfants créent eux même du contenu numérique et ce "jeu" permet de travailler sur la rééducation de la motricité fine. Les enfants interviennent sur des créations d'autres personnes, ce qui permet une socialisation.  Les enfant arrivent à exprimer  également leur douleur,  par l’intermédiaire des contenus.



Autre expérience, mise en oeuvre pour la rééducation : un gymnase qui se transforme en espace intelligent où les enfants intéragissent avec des objets virtuels plutôt que réels car trop lourds, peu ou pas adaptés à chaque pathologie et difficiles à appréhender.

Ou encore des recherches sur l'espace de vie d'un enfant dans un hôpital.



Encore une fois dans cette démarche, les allers-retours sont nombreux mais ils sont aussi "instantanés". Et surtout chacun peu rebondir pour essayer d'aller encore plus loin.

Ils arrivent maintenant à une sorte de méthodologie de "co-design" directement géré avec l'enfant qui créé des outils pour se soigner et qui en créant ces outils est déjà entrain de se soigner !

Ce lieu est un véritable laboratoire de la vie humaine avec en toile de fond les technologies du numérique. Se croisent pour faire avancer la recherche, des chercheurs, des designers, des scientifiques, des médecins  des artistes et tous collaborent avec les enfants pour découvrir pourquoi pas l'une des médecine de demain.





Plus d'information sur le living lab de Ste Justine avec la présentation Prezi de Patrick Dubé :
http://prezi.com/khj52athgpt9/living-lab-sat-30-secs/

un interwiew toujours de Patrick Dubé sur les living lab en général :
http://www.quartierdesspectacles.com/2011/06/entrevue-3-patrick-dube/

et un lien vers un des projets de ce living lab que je vous invite à regarder :
http://imaginationforpeople.org/fr/project/living-lab-satchu-ste-justine/

Je vous invite aussi à aller voir le site des living lab en France avec lequel je vous le rappelle le professeur Demongeot travaille activement
http://www.france-livinglabs.fr/





Posts les plus consultés de ce blog

Le soin et l'élégance

Quand je parle de design à une personne qui me demande ce que je fais, j'ai à cœur de parler en premier lieu de l'alliance entre l'ergonomie, la technique et l'esthétique. Je place l'esthétique en dernier pour bien mettre en avant les deux autres mais ce n'est pas pour autant que l'esthétique n'est pas importante.

Voici un petit exemple illustré en 2 parties :

Premièrement, voici l'une des meilleures prothèse de jambe du monde (ci-contre). Crée par l'entreprise Ossur, elle permet de remplacer complètement la jambe (jusqu'au dessus du genou). Cette personne retrouve progressivement le quotidien qu'elle avait avant son amputation (on ne peut pas courir avec mais on peut se lever sans effort).







Sur le site, on peut voir ces trois personnes portant des prothèses de cette entreprise.

Parallèlement, je vais vous parler de Viktoria Modesta Moskalova une jeune Russe qui a eu un accident à la naissance et qui après avoir passé son enfance dans différe…

Les projets d'étudiants / Coralie Coué : le soin, la maladie chronique

Parfois lorsque je travaille sur un projet, je dois chercher des existants sur Internet, j'essaye d'aller le plus loin possible et de sortir du champs des recherches et je tombe sur des projets d'étudiants ou d'anciens étudiants. Ici c'est le scénario d'usage qui a été repensé et qui a retenu mon attention, dans ce projet, de nombreuses notions liées au design et à la santé interviennent...
Je vous présente donc Coralie Coué, designer produits, diplômée d’un BTS Design produits au Lycée Raymond Loewy de La Souterraine (c'est pas de ma faute si des projets intéressants émanent de cette école ;) puis d’un DSAA Design mention Produit au LAAB de Rennes en 2014 où elle a réalisé ce projet de fin d’étude qui questionne la relation soignant-soigné et le soin dans le cadre de maladies chroniques.
"Dans le cadre d’une maladie chronique plus particulièrement de l’hémophilie : une maladie hémorragique héréditaire impliquant un soin technique et exigeant en contact …

Les prothèses et la communication de Otto bock

Communiquer sur les prothèsesSébastien Peichl de Otto bock
Otto bock est une vieille entreprise fondée en 1919. Sa première mission a toujours été la mobilité pour tous. 
La présentation de Sébastien Peichi n'a pas été comme cela était signifié sur comment "concevoir l'autonomie". J'avais espéré qu'on y aborderait les problématiques liées aux prothèses, leur utilisation, leur esthétique. Mais ça n'a pas été le cas, enfin pas tout à fait.
En effet, M. Peichi a présenté son entreprise. Otto bock est le fabricant des prothèses les plus vendues au monde. Ils ont le coeur sur la main lorsqu'ils travaillent, car "c'est l’émotion des personnes avec et pour qui ils travaillent qui est le moteur de leur envie de poursuivre."

L'objectif premier de l'entreprise est de doubler le volume des ventes de l'entreprise d'ici 10 ans. Pour cela c'est la communication qui a été la base de l'évolution de Otto bock avec un changement de log…