Accéder au contenu principal

Le Packaging Médical 4 : l'automédication

Voici le 4ème épisode consacré au packaging médical. Cette fois-ci, on s'interesse à un emballage primaire qui vous pose directement la question :

Qu'est ce qui ne va pas ?


Quatrième partie : vers l'automédication ?

Dans cette nouvelle partie, nous réfléchirons autour d'un projet sur l'automédication. en effet de plus en plus de personnes tentent de se soigner par eux même. En France notamment, championne du monde de la consommation médicamenteuse, chacun sait grâce à "ces connaissances poussées en médecine" (discipline très enseignée à la machine à café de toutes les facultés et entreprises de France) se soigner.

Trêve de plaisanterie, beaucoup de personnes pensent pouvoir se soigner eux mêmes et ce n'est pas ce type de packaging qui risque de les en dissuader! 
En effet, le présentoir qui vous pose directement la question "qu'est ce qui ne va pas?" prend directement la place du médecin ou du pharmacien. Le packaging lui répond tout de go à votre place et la solution est trouvée. 



Néanmoins, avec un deuxième regard, je trouve le travail graphique très intéressant. En effet, il y a une simplification de l'identité visuelle du produit et la communication y est réduite à sa plus simple expression. Elle est donc facile à comprendre. Le patient comprend son traitement, le médicament se fait l’intermédiaire entre le pharmacien et le patient.


Finalement, pour pouvoir bien apprécier ce type de packaging, il faut savoir de quelle manière il est vendu. Quelles sont les informations complémentaires inscrites sur une notice ou autre et enfin savoir si cette notice est claire.

plus d'information sur l'agence à l'origine de la refonte du pack n°1
http://www.pearlfisher.com


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

E-Fabrik' une démarche constructive pour tous

Je souhaitais vous parler d'un projet passionnant : le projet E-FABRIK'



"Ce projet consiste à associer des jeunes (11 à 25 ans) et des personnes en situation de handicap, afin qu’ensemble, ils imaginent et produisent une solution concrète permettant de répondre à une gêne qu’éprouve la personne handicapée, au quotidien, en utilisant les ressources numériques de leur quartier."




Pour simplifier : des jeunes + des personnes en situation de handicap dans un fablab = des supers projets !

C'est passionnant, c'est un projet éducatif autour duquel les jeunes vont apprendre à écouter les besoins des personnes en situation de handicap, imaginer de nouvelles solutions, fabriquer et mettre en place ces solutions et les partager !

C'est une méthodologie de design avec pour objectif de concevoir et fabriquer quelque chose d'utile. Dans ce projet, la notion de partage est fortement ancrée car les projets, en plus d'être collaboratif, seront proposés à tout un chacun…

Les prothèses et la communication de Otto bock

Communiquer sur les prothèsesSébastien Peichl de Otto bock
Otto bock est une vieille entreprise fondée en 1919. Sa première mission a toujours été la mobilité pour tous. 
La présentation de Sébastien Peichi n'a pas été comme cela était signifié sur comment "concevoir l'autonomie". J'avais espéré qu'on y aborderait les problématiques liées aux prothèses, leur utilisation, leur esthétique. Mais ça n'a pas été le cas, enfin pas tout à fait.
En effet, M. Peichi a présenté son entreprise. Otto bock est le fabricant des prothèses les plus vendues au monde. Ils ont le coeur sur la main lorsqu'ils travaillent, car "c'est l’émotion des personnes avec et pour qui ils travaillent qui est le moteur de leur envie de poursuivre."

L'objectif premier de l'entreprise est de doubler le volume des ventes de l'entreprise d'ici 10 ans. Pour cela c'est la communication qui a été la base de l'évolution de Otto bock avec un changement de log…

Design pour tous (1) : le daltonisme

Après quelques jours de vacances, je reviens et j'ai choisi de vous parler d'un sujet qui touche une assez grande partie de la population : le daltonisme.

Dans le design où les couleurs sont primordiales, on pense peu aux personnes daltoniennes. Or le daltonisme touche de nombreuses personnes notamment  les hommes, environ 8% et 0,45% chez les femmes. Soit, en France, près de 6 millions de daltoniens.


La couleur est très importante pour les marques. Alors pour les fanatiques du Pantonier et de l'imprimante mal calibrée, pensez à toutes la clientèle que vous ne ciblez pas en choisissant vos couleurs...
Voila ce que donnent des emballages traditionnels de la grande distribution avec un daltonisme (le plus fréquent). Il est important de garder de bon contrastes :





Francis Routhier, graphiste canadien a créer une marque qui sensibilise au problème du daltonisme. Il a imaginé une marque qui mélange les couleurs et leurs références. Le "consommateur" est projeté dans un mon…