Accéder au contenu principal

L’œil du designer : la scintigraphie (by Elise)

Bonjour à tous,

J'ai eu l'occasion au cours des dernières semaines de procéder à plusieurs examens médicaux notamment en cardiologie. Je souhaitais m’arrêter sur celui de la scintigraphie, du point de vue du patient et du designer sans passer par les détails trop techniques.
Et non ! La scintigraphie ne vous fera pas briller dans le noir (dommage) mais permettra de voir à travers votre corps malgré le manque de lumière pour observer les organes et les flux. Elle fait partie des examens de la médecine dite nucléaire, qui permet d'obtenir des images grâce au rayonnement d'un produit introduit dans le corps humain face à une caméra spécifique (ici la gamma caméra).


La scintigraphie est un examen relativement similaire à l'IRM du point de vue du patient car il implique :
– des injections de produits de contraste à aller chercher en amont en pharmacie.
 une bonne élimination rénale pour se débarrasser ensuite du dit produit et donc d'un petit tour au laboratoire d'analyse du coin de la rue, à jeun, pour vérifier votre condition physique pour supporter un tel examen.
 de s'allonger dans un dispositif massif en forme de beignet pour procéder aux images.


Trois grosses différences cependant :
 la scintigraphie cardiaque prend beaucoup plus de temps que l'IRM cardiaque (2h en moyenne VS 20 min) ce qui implique donc une installation sur le lit de la machine assez longue ainsi qu'une organisation en amont de son emploi du temps. J'ai été surprise par l'inconfort de cet examen car le patient est encouragé à ne pas bouger pour que les images soient claires. Mais passées les 20 premières minutes avec le bras droit au dessus de ma tête, l'engourdissement était assez désagréable. Heureusement, j'ai pu me lever pour bouger un peu entre deux prises d'image après une heure d'examen.


– Le bruit lors de l'examen est beaucoup moins assourdissant et l'installation moins anxiogène que l'IRM car le corps ne rentre pas directement dans le cœur de la machine, les images étant captées par une camera à l’extérieur.
 L'examen n'impliquant pas un champs magnétique direct, on ne vous demande pas de retirer vos vêtements et vos bijoux/boucles/piercing.
J'ai procédé à cet examen à l’hôpital Bichat Claude Bernard. Malgré sa taille importante, l'orientation dans le bâtiment fut aisée grâce à un système simple de marquage au sol, notamment à l'étage des consultations.

Pour améliorer de façon simple le parcours du patient, il aurait été intéressant que mon rythmologue, ayant prescrit l’examen, dispose d'une plaquette explicative (que faire en amont, durée, impact...) afin que je ne me sente pas surprise face à la longueur de l'examen le jour J. De la documentation aurait aussi pu être disponible dans la salle d'attente avant la scintigraphie afin de la vulgariser et d'expliquer clairement mais simplement l'intelligence qui se cache derrière cette machine. Cela permettrait au patient d'améliorer la compréhension de sa situation de santé et surtout de comprendre en quoi ces technologies sont importantes pour l'amélioration de notre quotidien et comment la recherche permet d'aller toujours plus loin pour explorer et réparer le corps humain.

Plus d'information :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

E-Fabrik' une démarche constructive pour tous

Je souhaitais vous parler d'un projet passionnant : le projet E-FABRIK'



"Ce projet consiste à associer des jeunes (11 à 25 ans) et des personnes en situation de handicap, afin qu’ensemble, ils imaginent et produisent une solution concrète permettant de répondre à une gêne qu’éprouve la personne handicapée, au quotidien, en utilisant les ressources numériques de leur quartier."




Pour simplifier : des jeunes + des personnes en situation de handicap dans un fablab = des supers projets !

C'est passionnant, c'est un projet éducatif autour duquel les jeunes vont apprendre à écouter les besoins des personnes en situation de handicap, imaginer de nouvelles solutions, fabriquer et mettre en place ces solutions et les partager !

C'est une méthodologie de design avec pour objectif de concevoir et fabriquer quelque chose d'utile. Dans ce projet, la notion de partage est fortement ancrée car les projets, en plus d'être collaboratif, seront proposés à tout un chacun…

Les projets d'étudiants / Coralie Coué : le soin, la maladie chronique

Parfois lorsque je travaille sur un projet, je dois chercher des existants sur Internet, j'essaye d'aller le plus loin possible et de sortir du champs des recherches et je tombe sur des projets d'étudiants ou d'anciens étudiants. Ici c'est le scénario d'usage qui a été repensé et qui a retenu mon attention, dans ce projet, de nombreuses notions liées au design et à la santé interviennent...
Je vous présente donc Coralie Coué, designer produits, diplômée d’un BTS Design produits au Lycée Raymond Loewy de La Souterraine (c'est pas de ma faute si des projets intéressants émanent de cette école ;) puis d’un DSAA Design mention Produit au LAAB de Rennes en 2014 où elle a réalisé ce projet de fin d’étude qui questionne la relation soignant-soigné et le soin dans le cadre de maladies chroniques.
"Dans le cadre d’une maladie chronique plus particulièrement de l’hémophilie : une maladie hémorragique héréditaire impliquant un soin technique et exigeant en contact …

Les prothèses et la communication de Otto bock

Communiquer sur les prothèsesSébastien Peichl de Otto bock
Otto bock est une vieille entreprise fondée en 1919. Sa première mission a toujours été la mobilité pour tous. 
La présentation de Sébastien Peichi n'a pas été comme cela était signifié sur comment "concevoir l'autonomie". J'avais espéré qu'on y aborderait les problématiques liées aux prothèses, leur utilisation, leur esthétique. Mais ça n'a pas été le cas, enfin pas tout à fait.
En effet, M. Peichi a présenté son entreprise. Otto bock est le fabricant des prothèses les plus vendues au monde. Ils ont le coeur sur la main lorsqu'ils travaillent, car "c'est l’émotion des personnes avec et pour qui ils travaillent qui est le moteur de leur envie de poursuivre."

L'objectif premier de l'entreprise est de doubler le volume des ventes de l'entreprise d'ici 10 ans. Pour cela c'est la communication qui a été la base de l'évolution de Otto bock avec un changement de log…